Change for Equality
 

Navigation

Les axes de la compagne d’ « un million de signatures pour changer les lois discriminatoires envers les femmes en Iran »

dimanche 27 août 2006

Toutes les versions de cet article :


Des militantes iraniennes pour les droits des femmes lancent une large campagne intitulée « Un million de signature ». Cette campagne vise à collecter un million de signatures pour changer la législation iranienne et mettre fin aux discriminations législatives à l’encontre des femmes en Iran. Elle fait suite à la protestation pacifique qui s’est tenue pour les mêmes raisons le 12 juin 2006 sur la place Haft-e Tir de Téhéran. Les activités préparatoires de cette campagne ont commencé dès juin 2006 et la campagne a été officiellement lancée le 27 août lors d’un séminaire intitulé « L’impact de la législation sur la vie des femmes ».

Collecter un million de signatures pour modifier la législation n’est que l’un des objectifs de cette campagne qui veut aussi :

1. promouvoir la coopération d’un large nombre de militant/es sociaux pour la création et la défense d’un changement social positif.

2. développer les contacts et les liens entre les groupes de femmes de différentes origines, les défenseur/es de l’égalité des droits et d’autres groupes de citoyen/nes, identifier les problèmes quotidiens et juridiques des femmes, et permettre une prise de conscience par la population des inégalités qui existent dans la législation.

3. relayer les revendications des femmes qui sont le plus souvent ignorées au niveau de la politique nationale et amplifier leurs voix.

4. développer et renforcer la connaissance par le dialogue, la collaboration et l’action démocratique. La campagne adhère entièrement au principe selon lequel un véritable changement social ne peut être obtenu que lorsqu’il reflète les désirs et les revendications de la société dans son ensemble. Or, changer le statut des femmes dans la société nécessite la conviction que les problèmes législatifs auxquels font face les femmes ne sont pas une question privée, mais sont symptomatiques de problèmes sociaux plus larges auxquels les femmes sont également confrontées. Cette campagne veut donc soutenir une mise en œuvre de réformes et de changements résultant des initiatives de la société civile. Elle cherche ainsi à soutenir l’action publique et l’évolution positive des femmes.

5. conquérir nos droits. Les initiatrices de cette campagne reconnaissent que le changement social et l’élimination de l’injustice ne seront pas faciles à obtenir. C’est par l’action collective et un travail de fond que nous construirons la solidarité nécessaire au changement et à un avenir meilleur pour notre pays. Les expériences des mouvements démocratiques des femmes dans le monde, et en particulier dans les pays où le statut des femmes est similaire à celle de l’Iran, ont démontré que la solidarité et l’action collective sont les clefs de l’élimination des discriminations. La lutte pour l’égalité des droits en Iran nécessitera un processus long, difficile et ardu. Le chemin vers l’égalité ne sera pas frayé par les structures existantes du pouvoir ni par le seul dialogue avec les hommes et les femmes qui sont au pouvoir, mais par la conscience de chaque femme et chaque citoyen de leur identité et leur statut au sein de la société.

6. mettre en lumière l’ampleur de la portée des revendications et les stratégies des femmes pour s’opposer aux lois discriminatoires : la campagne prouvera que les femmes utilisent, et ont constamment utilisé, un grand nombre de moyens pour exprimer leur opposition aux lois, que ce soit en écrivant des livres, des articles, en réalisant des films, ou sous d’autres formes d’expression artistique, et par leur militantisme social ; que lorsqu’elles avaient des ressources moindres et plus limitées, elles ont marqué leur opposition par des voies plus difficiles, comme le recours aux tribunaux, la fuite du foyer familial, ou des moyens malheureusement plus destructeurs comme le suicide ou l’immolation par le feu ; qu’une forte majorité d’hommes et de femmes souffrent des iniquités de la loi iranienne et que le changement législatif est soutenu et voulu par la base de la société civile.

7. valoriser la pluralité comme force de notre mouvement : la campagne montrera que la revendication de changements législatifs n’est pas uniquement l’expression d’un groupe de femmes socialement et économiquement privilégiées, très éloignées de la réalité et de la sensibilité de la masse des femmes iraniennes, comme le déclarent ceux qui veulent réduire au silence les femmes appelant au changement. Ces déclarations sont tout à fait fausses, puisque les lois discriminatoires et injustes ont une conséquence négative sur les vies de toutes les femmes, qu’elles soient éduquées ou non, qu’elles vivent dans les quartiers de la classe supérieure ou dans les zones pauvres, dans les zones rurales ou dans les villes, etc.

Planning : La première phase de la campagne se concentrera sur la collecte d’un million de signatures demandant le changement des lois discriminatoires, et devrait durer de un à deux ans. La deuxième phase consistera à proposer de nouvelles lois.

Les revendications de la campagne correspondent aux engagements internationaux de l’Iran. Notre pays est signataire de la convention des Nations Unies sur les droits civils et politiques, et de celle sur l’élimination de toutes les formes de discriminations à l’égard des femmes. Il doit donc respecter ses engagements en réformer les lois qui promeuvent les discriminations.

Les revendications de la campagne ne sont en aucune façon contradictoires avec les principes de l’Islam. Elles ont en effet été à plusieurs reprises un objet de débat entre juristes et étudiants islamiques ; et pour ne prendre que deux exemples, l’Ayatollah Sanei’i et l’Ayatollah Bojnourdi ont appelé il y a plusieurs années à la révision des lois discriminatoires envers les femmes, et ont explicitement affirmé que de telles réformes n’étaient en rien contradictoires avec l’Islam.

« Un million de signatures » pour le changement des lois discriminatoires envers les femmes montrera aux décideurs et à l’opinion publique qu’une large partie de la population iranienne soutient la révision des lois discriminatoires à l’encontre des femmes, que ces revendications ne sont pas limitées à une petite fraction de la société, et qu’un grand nombre de femmes est réellement déterminée dans leurs revendications pour le changement.

Mise en œuvre de la Campagne : La campagne se base sur la récolte de signatures par ses sympathisantes et sympathisants qui :

1. font du "porte-à-porte" pour entrer en contact direct et dialoguer avec les femmes,

2. sont présent-es activement aux endroits (parcs, universités, centres de production, usines, centres de soin, les et transports en commun,…) et aux événements (cérémonies religieuses,…) qui rassemblent beaucoup de femmes pour dialoguer et discuter sur les questions relatives à la législation,

3. organisent des séminaires et des conférences pour faire connaître et développer cette Campagne, promouvoir le dialogue et faire adhérer plus de sympathisantes et sympathisants,

4. utilisent Internet pour faire signer la pétition en ligne, mais aussi pour diffuser les informations relatives à la Campagne et informer sur la législation.

Formation des bénévoles : plusieurs comités ont été établis au sein de la campagne dont un « Comité de Formation » chargé de former les bénévoles. Toutes celles et tous ceux qui veulent participer à la campagne et collecter des signatures recevront une formation sur les questions juridiques et la législation, les buts et stratégies de la campagne, ainsi qu’une formation sur les techniques de porte-à-porte, de discussion en tête-à-tête, de prise de parole en public, etc. Tou/tes les bénévoles devront participer à ces ateliers, mais il n’est pas nécessaire qu’ils/elles soient expert/es sur les droits des femmes.

Terrain d’action : les activités de la campagne ne sont pas limitées à Téhéran, et les militantes pour les droits des femmes de province sont fortement encouragées à participer à cette campagne. Les groupes ou individus de province peuvent participer aux ateliers à Téhéran et mener la campagne dans leurs régions. Les femmes ou les groupes pour les droits des femmes qui veulent être formés ou participer à cette campagne peuvent demander la tenue d’ateliers dans leurs régions respectives. De plus, les Iranien/nes vivant hors de l’Iran peuvent proposer leurs signatures pour soutenir les revendications de la Campagne par lettre ou e-mail.

Age minimum pour les signatures : les femmes et les hommes qui signent pour soutenir les revendications de la Campagne doivent avoir au moins 18 ans.

Soutien à la campagne : la participation à la campagne est purement bénévole. On demande aux bénévoles de soutenir la campagne par une contribution de 5.000 Tomans (environs 6 dollars). Ces fonds seront la principale source de revenu pour les activités de la campagne. Pour créer le changement, les femmes ont toujours dû compter sur leurs propres capacités et convictions, et sur leurs ressources en argent, en temps, et en énergie. Le succès de cette campagne dépendra surtout de l’engagement des femmes.

Contact pour celles et ceux qui veulent nous soutenir ou se joindre à notre action :

Site web : www.we-change.org E-Mail : forequality@gmail.com Adresse postale : Iran – Tehran - P.O. Box : 14335-851

Répondre à cet article

Messages de forum:9

 

Suivre la vie du site RSS 2.0 |صفحه اول | Plan du site | Espace privé | SPIP